Autour de Pierre-Percée et Baccarat

Débutés en septembre 1914, les conflits autour du col de la Chapelotte dureront quasiment jusqu’à la fin de la guerre. Passage stratégique pour pénétrer dans la plaine lorraine, cette zone fut aussi le théâtre d’une impressionnante bataille souterraine.

Les nombreuses infrastructures et galeries encore bien visibles aujourd’hui témoignent de la durée et de la spécificité de cette guerre de montagne.

Centre d'interprétation et de documentation 14-18

Centreinterpretation.jpgMusée 

Installé dans une maison ayant appartenu à Charles Cartier-Bresson, maire de Celles sur Plaine lors de la Grande Guerre, ce lieu destiné aux amateurs d’histoire, aux scolaires, aux chercheurs et à la population locale. 
Il offre à ses visiteurs des salles muséales, des recherches généalogiques, des conférences, colloques, des expositions temporaires, des animations culturelles, la diffusion d’ouvrages historiques...
Il présente une importante collection d’objets militaires des 3 guerres : 1870, 1914-1918 et 1939-1945.

MAISON CARTIER BRESSON - La Ménelle

_______________________________________________

 

Col de la Chapelotte

ColChapellotte.jpgVestiges 

Situé à la limite entre la Meurthe-et-Moselle et les Vosges, le col de la Chapelotte fut le théâtre de violents combats entre 1915 et 1918. 
En ce lieu, la guerre des mines (action de placer des explosifs sous les installations de l’ennemi) a atteint son paroxysme.
De juin 1915 à septembre 1917, on recense l’explosion de 55 fourneaux de mines et camouflets sur un front de 150 m, sur la cote 542, qui domine le col.

54540 BADONVILLER – RD 992 jusqu’au Col de la Chapelotte

www.front-vosges-14-18.fr/chapelotte.php

  • Le Col de la Chapelotte offre un grand sentier de 28 kilomètres permettant de découvrir les nombreuses traces encore visibles aujourd’hui à pieds. 
  • Visite guidée possible : 03 29 41 28 65 – OT de Raon l’Etape.

_______________________________________________

 

Monument aux morts

MonumentAuxMorts.jpgMonument 

En 1923 est inauguré le monument en grès rose des Vosges situé sur la place du 86ième R.I. face à l’Hôtel de Ville. Cet ensemble est l’œuvre de l’architecte Deville, les sculptures en bronze sont de Vallin. Composé d’un hémicycle de belle facture, la colonne centrale est surmontée d’une lanterne des morts. Sur la partie centrale ajourée sont inscrits les noms des 350 morts de Baccarat victimes de la guerre 14-18.

Place du 86ème RI - BACCARAT

_______________________________________________

 

Monument de la Rappe

Monument 

Le 86e Régiment d’Infanterie, est un régiment de Velay (Haute-Loire). Il s'est illustré lors de la Première Guerre mondiale et tout particulièrement le 25 août 1914 lors de la bataille de Baccarat. 
Baccarat est traversé par la Meurthe qui coule du sud au nord. Elle est franchie, au centre de la ville, par un large pont reliant les 2 rives, point de passage stratégique dans cette région frontalière sur la route Sarrebourg à Rambervillers. Dès 3 heures du matin, épuisés et affamés, les bataillons se mirent en route et attaquèrent à la baïonnette les allemands retranchés dans les maisons. Puis ce fut la traversée du pont sous le feu des mitrailleuses allemandes. Un massacre. On dénombra 90 morts parmi un millier de victimes, avec les blessés et les prisonniers. Malgré leur bravoure, ils durent se replier à l'orée de la forêt de la Rappe, avant de retourner au combat...
En 1927, ce simple monument, une grande croix blanche, leur fut dédié par les bachamois (habitants de Baccarat), frères de combat. 

Pour se rendre au monument :

  • suivre la rue fléchée située en face de la rue des Trois fontaines (qui mène à Deneuvre) à son intersection avec la Rue de Saint-Christophe (D935 vers Rambervillers). 
    Cette rue devient rapidement un chemin pierreux qui aboutit au monument derrière une ferme équestre isolée. 
  • GPS : 6°43'35" E / 48°26'30" N

BACCARAT

Contact