La démarche départementale en faveur de l’Economie Solidaire

Initiée en 2008 et structurée en 2012 le département a décidé de mettre en place une politique de  déploiement d’une économie solidaire reconnue comme un nouveau mode d’entreprendre et de développement d’une économie de proximité, innovante  au service de nombreuses filières et des politiques publiques départementales. 

Economie de proximité par essence l’Economie solidaire participe à la fois à l’économie productive (par la vente de biens et de services) et à l’économie présentielle (par les revenus des salariés) et permet une redistribution des richesses économiques. Elle représente ainsi un atout pour renforcer le maillage économique et l’égalité territoriale dans notre département. 

L’économie solidaire  se  caractérise aussi par l’innovation sociale. Elle peut répondre sur les territoires à des besoins sociaux non ou mal satisfaits, par une forme innovante d’entreprendre ; que ce soit dans la production, l’organisation, la coopération et l’implication des partenaires et des bénéficiaires aux prises de décision. 

La démarche départementale  est structurée autour de 4 axes stratégiques :

  • Axe 1 : accompagnement à l’émergence et la création d’activités,
  • Axe 2 : pérennisation des activités et des emplois,
  • Axe 3 : accès aux financements 
  • Axe 4 : valorisation et promotion de l’économie solidaire. 

Pour mettre en œuvre cette dynamique sur les territoires, le département a priorisé une intervention sous forme d’animation et d’ingénierie, notamment en appui de Chargés territoriaux d’Economie solidaire (CTES)  qui ont acquis une certaine légitimité d’intervention compte tenu de leur expertise en économie solidaire.

Zoom

La loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire a constitué un signal fort de reconnaissance de l’Economie Sociale et solidaire comme un mode d’entreprendre et de développement économique adapté à tous les domaines de l’activité humaine. Relèvent de l’Economie sociale et solidaire les organisations, qui, quels que soient leurs statuts, s’appuient sur tout ou partie des éléments suivants :

• l’existence d’une réelle activité économique, d’une dimension entrepreneuriale, d’une fonction employeur ; • la poursuite d’une finalité sociétale (sociale, environnementale…) ;

• une approche démocratique dans la gestion et l’organisation de l’entreprise (une personne une voix, élection du dirigeant par les salariés sociétaires dans les coopératives…) ; • une lucrativité limitée (bénéfices majoritairement réinvestis dans le projet, pas ou peu de rémunération du capital, échelle limitée des rémunérations…).

Quelques chiffres clés

En région Grand Est, l’économie sociale et solidaire représente :

  • 16 700 établissements employeurs présents dans les 10 départements, rassemblant 199 400 salarié-e-s soit 11.4% de l’ensemble des emplois salariés du Grand Est.
  • Avec 26 622 emplois l’économie sociale et solidaire représente 11,68 % de l’emploi en Meurthe-et-Moselle