Les Proches aidant.es

© G.BERGER
© G.BERGER

Qu'est-ce qu'un.e proche aidant.e ?

Un.e proche aidant.e est une personne qui  entretient des liens étroits et stables, et qui  vient en aide, régulièrement, à titre non professionnel, pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne d’ une personne de son entourage  en situation de handicap ou de perte d’autonomie, quel que soit son âge et quelle que soit la cause de la dépendance. Il ou elle assure parfois une présence indispensable et rassurante, éventuellement en complément d’aides professionnelles. *

* loi n° 2015-1776 du 28 décembre 2015 relative à l'adaptation de la société au vieillissement.

S'informer sur la maladie : le handicap d'un.e proche

Différentes structures associatives ou institutionnelles peuvent apporter de l’information et/ou orienter les proches aidants vers les dispositifs adéquats ; en obtenant des réponses à certaines de ses questions, le ou la proche aidant.e peut ainsi mieux connaître la maladie ou le handicap et agir au mieux pour la personne qu’il ou elle accompagne.

Vous êtes une association et vous souhaitez figurer sur ce site ?  Contactez Claire Guitton, 03 83 94 59 58, cguitton@departement54.fr

Trouver du soutien en tant que proche aidant.e

Etre proche aidant.e c’est avant tout accompagner une personne de son entourage, et affronter tous les bouleversements que la perte d’autonomie, le handicap, la vieillesse ou encore la maladie peuvent entraîner. Ce rôle d’aidant.e a de nombreuses conséquences : épuisement,  culpabilité, découragement, difficulté à avoir une vie sociale, perte de sang-froid. Ces états que traverse le proche aidant.e sont tout à fait normaux. Néanmoins, il est essentiel de ne pas rester seul.e  et d’échanger avec des professionnel.l.e.s et d’autres aidant.e.s afin :

S'octroyer du temps libre pour se consacrer à sa santé et son bien-être

Le rôle de proche aidant.e a des conséquences sur la vie sociale : isolement, incompréhension, impuissance des proches et ami.es, etc… Les proches aidant.es ont tendance à mettre de côté leur propre santé et bien-être, or ces éléments sont essentiels et ne doivent pas être négligés. Le bien-être de l’aidant.e est aussi important que celui de la personne accompagnée. Des solutions de soutien existent, et certaines prestations peuvent être accordées pour leur mise en œuvre  :

  • Aide à domicile
  • Accueil de jour, HT, accueil familial
  • Prestation répit APA et hospitalisation
  • Vacances adaptées
  • Encart : renseignez-vous auprès de votre caisse de retraite complémentaire ou de votre complémentaire santé : ces organismes peuvent proposer également des aides.

Liens utiles :

Concilier son rôle de proche aidant.e et sa vie professionnelle

Comment concilier vie professionnelle et aide apportée à un proche en perte d'autonomie ? Quelles solutions quand on doit réduire ou cesser momentanément son activité professionnelle pour s'occuper de son proche ?

  • Le congé de proche aidant permet à un salarié de droit privé, à un fonctionnaire, à un travailleur indépendant ou à un demandeur d'emploi de suspendre ou réduire temporairement son activité professionnelle pour accompagner un proche, en situation de handicap ou âgé, qui souffre d'une perte d’autonomie importante. Depuis le 30 septembre 2020, le proche aidant peut percevoir une allocation journalière du proche aidant (AJPA). L'AJPA vise à compenser une partie de la perte de salaire, dans la limite de 66 jours au cours du parcours professionnel du salarié.
    Son montant journalier est
  • 43,87 € pour une personne vivant en couple
  • et 52,13 € pour une personne seule.
     
  • Secteur public : l'aidant.e peut solliciter une mise en disponibilité pour accompagner un.e proche en perte d'autonomie ou handicapé.
  • Le congé solidarité familiale (secteur public et privé) permet à l’aidant.e d’accompagner un.e proche en fin de vie ; une allocation journalière peut être versée, sous conditions.
  • Depuis le 13 février 2018, la loi autorise le don de jours de congés entre salariés, au bénéfice d'un salarié aidant d'une personnne adulte handicapée ou d'une personne âgée en perte d'autonomie (auparavant seules les aidant.es d'enfants gravement malades étaient concerné.es).

Liens utiles :

Les obligations à la charge de la famille

La famille d'une personne âgée peut être sollicitée pour pallier à sa dépendance, notamment dans le cadre de l'aide sociale départementale.

Protéger son proche

Vous vous interrogez peut-être sur l’éventuel besoin de protection juridique pour la personne que vous accompagnez, surtout si elle souffre de troubles cognitifs ou, du fait de son handicap, est dans l'incapacité de prendre elle-même des décisions qui la concernent, et a besoin d'être assistée ou représentée pour certains actes. Des entités spécialisées peuvent vous apporter des réponses et des conseils.

Accompagner un.e proche en fin de vie

La personne que vous accompagnez est en fin de vie. Comment la soutenir au mieux, qu’elle soit chez elle, en maison de retraite ou à l’hôpital ? Quel soutien pouvez-vous recevoir en tant que proche aidant durant ces moments difficiles ? Congé de solidarité, soins palliatifs...

© G.BERGER
© G.BERGER