« Un masque pour les Meurthe-et-Mosellans » : l'usine de Maxéville en production

© CD 54 -G.BERGER

Mathieu Klein, président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, Christophe Choserot, maire de Maxéville, Davy Dao et les premiers salariés ont officiellement lancé le début d’une aventure hors du commun. En quelques semaines, une unité de production de masques textiles a été créée. Près de 800 000 masques y seront produits en quelques semaines.

En lançant l’opération « Un masque pour les Meurthe-et-Mosellans », le conseil départemental de Meurthe-et-Moselle a initié une démarche économique inédite en partenariat avec le créateur de mode nancéen Davy Dao et les 568 communes du Département (soit 96%) qui ont adhéré à la démarche.

Une usine solidaire et une fabrication 100% Grand Est

L’usine emploiera pendant quelques semaines 75 personnes sur le site des anciennes Brasseries, mis à disposition par la ville de Maxéville. Les machines viennent d’Italie et de Troyes.

Des structures d’insertion se sont mobilisées pour constituer un pool d’employeur, répondre aux besoins de recrutement dans des délais très courts et offrir la possibilité d’un emploi aux personnes qui en ont le plus besoin. 5 équipes de 14 personnes avec un encadrant ont été constituées, soit 75 personnes. Postes : opérateur machine, blanchissage, couture, préparation, contrôle, conditionnement.

Pour répondre aux besoins des Meurthe-et-Mosellans et aux attentes des maires, l’usine va fonctionner 7 jours sur 7 et 24 h sur 24. Elle devrait produire entre 15 000 et 20 000 masques/jour en pleine activité.

Cette unité de production produira 85 % de la commande, le reste provenant d’un atelier textile de Troyes (Région Grand Est), et de l’association Tricot Couture Service, située à Vandœuvre-lès-Nancy, et des ateliers des ESAT de l’AEIM (Chanteheux et Heillecourt).

Ces masques sont 100 %  Grand Est avec un tissu qui vient des Vosges.


Une démarche collective et partenariale

L’opération « Un masque pour les Meurthe-et-Mosellans » est co-financée à 50% par le Département et à 50% par les communes ou les intercommunalités partenaires de l’opération.
Il conviendra bien sûr de prendre en compte l’annonce par le premier ministre mardi 28 avril d’une aide de l’Etat pour la fabrication de ces masques.

Le Département a commandé près de 35 000 masques pour les collégiens et les agents du conseil départemental.

Les masques feront l’objet d’une livraison qui s’étalera du 7 au 11 mai (pour 25 % de la commande) à la première semaine de juin pour le solde.

Cette démarche s’inscrit en complémentarité d’autres initiatives.
Les communes qui ne sont pas partenaires de l’opération ont recours à d’autres solutions.

Un masque 100 % durable  

Le modèle proposé par Davy Dao : un masque lavable en machine à 60°.

Il répond aux spécifications Afnor spec S76-001 de catégorie 1, avec une qualité de filtration comprise entre 90 et 95% des particules de la taille du virus (entre 1 et 3micron), garantie au minimum pour les 10 premiers lavages.

Deux tailles sont prévues : adulte et enfant.

A CHAUD - Reportage à l'unité de production de Maxéville

Plus de 100 000 masques de l'opération "Un masque pour les Meurthe-et-Mosellans" du Département et des communes de Meurthe-et-Moselle ont été produits. La production va continuer à augmenter pour fournir les communes aussi rapidement que possible.

Ce masque barrière a été validé il y a quelques jours en catégorie 1 par la Direction Générale de l'Armement (DGA). Les masques barrières de catégorie 1 filtrent entre90 et 95% des particules de la taille du virus soit 3 microns.

Produire des masques de qualité prend du temps mais rassurez-vous, la suite de la commande arrive. Reportage à l'unité de production de Maxéville :

Qui est Davy Dao ?

Un créateur de Jeans made in France fabriqués à Nancy

Originaire de Troyes de parents vietnamiens, il se lance dans la création au collège.

En 2002, il vient s’installer à Nancy. Premier emploi et début d’un parcours dans le milieu des jeans. Il se perfectionne dans le denim, découvre le travail de Pierre Morisset, Marithe et François Girbaud. Il dépose alors le nom DAO DAVY.
En 2011, lors d’un voyage sur ses terres d’origines, le Vietnam, il découvre le monde de la fabrication industrielle. De retour en France, il s’associe avec un frère et un ami. Il s’installe dans son studio de 20m2 avec 3 machines et part à la recherche d’une coupe et de façonniers français.

En 2014, il ouvre sa boutique à Nancy au 5 rue Saint-Nicolas et fait découvrir aux clients la toile en chevrons. Il développe son concept de jeans personnalisés.
Depuis, la marque DAO n’a cessé de se développer tout en s’orientant vers un modèle de production éthique et responsable. En 2018, suite à un financement participatif record de 120 000 euros, il crée le 1er jean en lin cultivé en France, le DAO Denim Lin, une alternative écologique au coton.

 

- Publié le 3/05/2020 -