Encore un prix pour le Département

La Meurthe-et-Moselle à l'honneur du côté de Juan-les-Pins !
Le conseil départemental est lauréat du prix innovation, catégorie Evaluation des politiques publiques.

Ce prix remis ce jeudi met en valeur la qualité et la réussite de l'évaluation mise en place pour le dispositif expérimental Reliance (destiné aux familles monoparentales). Cette évaluation a notamment été saluée :

  • grâce au couplage de deux évaluations pendant et à la fin de l'expérimentation, avec la CNAF (Caisse Nationale d’Allocations Familiales)-France Stratégie,
  • du fait de la structuration du projet Reliance, qui vise une meilleure insertion sociale et professionnelle de chefs et de cheffes de famille monoparentale allocataires du RSA.

 [RELIANCE, un dispositif 54 innovant]

  • Par sa structuration autour de 3 associations complémentaires (ARELIA, ULIS et ECOVAL), chargées de créer une offre d’accompagnement individuel et collectif pour prendre en compte globalement la situation de chef·fe de famille monoparentale du public.
  • Par sa visée évaluative à court et moyen terme qui a modifié les modalités habituelles d’orientation des allocataires du RSA et de suivi de l’impact sur les parcours d’insertion sociale et professionnelle.

« RELIANCE » a débuté en Meurthe-et-Moselle en 2017 pour une période de 3 ans prolongée d’une année du fait de la crise sanitaire.

C’est un partenariat institutionnel fort entre le Département, la CAF de Meurthe-et-Moselle et la CNAF.
La CNAF, l’État au titre de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté, le Département et la Banque des territoires ont financé cette action.
Les chef·fe·s de familles devaient être domiciliés sur le territoire de la Métropole du Grand Nancy, ne pouvaient être étudiant·e·s, percevaient le RSA depuis au moins 2 ans et avaient moins de 50 ans.

  • 600 allocataires ont été tirés au sort et 300 d’entre eux ont bénéficié du programme Reliance.
  • Pour certains profils, des effets positifs sur le retour à l’emploi ou en formation ont été observés dès les 3 premiers mois d’accompagnement. Pour les autres, les 3 premiers mois sont significatifs pour enclencher une reprise de confiance et de l’estime de soi. Au-delà d’un accompagnement individualisé, le volet collectif du dispositif et « l’effet levier » du groupe sont primordiaux, surtout pour les personnes les plus isolées. Reprise de démarches d’accès aux droits, appui au rôle de parent, inscription dans de nouveaux liens sociaux, retour à l’emploi ou formalisation d’un projet professionnel (aide à domicile et auxiliaire de vie, informatique, entretien et nettoyage, grande distribution).
    72 % des personnes travaillent à temps partiel, sont majoritairement des temps partiels choisis.
- Publié le 7/10/2021 -