La Meurthe-et-Moselle sera l’un des dix territoires « démonstrateur » de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté

© CD 54 – G.BERGER

Au regard de l’engagement historique de la Meurthe-et-Moselle dans la lutte contre la pauvreté et de sa pratique de l’expérimentation, le Département sera, à compter du 1er janvier 2019, l’un des dix territoires démonstrateur de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté.

Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la prévention et la lutte contre la pauvreté, s’est déplacé lundi 12 novembre en Meurthe-et-Moselle pour un travail sur la convention qui formalisera les engagements de l’État et ceux du Département, dans le cadre d’un plan d’actions à la hauteur des enjeux de la lutte contre la pauvreté en Meurthe-et-Moselle, où le taux de pauvreté s’élève à 14,3 %.

Focus

Les mesures annoncées dans la stratégie de lutte contre la pauvreté présentée par le Président de la République au mois de septembre 2018 visent à généraliser des actions dans lesquelles le conseil départemental de Meurthe-et-Moselle est déjà fortement engagé. Le plan qui se construit s’ouvre prioritairement sur les actions en direction des enfants et des jeunes tels que l’accompagnement alimentaire et la tarification sociale des cantines scolaires. A titre d’exemple, en Meurthe-et-Moselle, 2 500 collégiens bénéficient du tarif à 1 € créé pour que les familles les plus modestes aient accès à la cantine.

Pour mémoire, l’histoire de la solidarité en Meurthe-et-Moselle a toujours été co-construite avec l’ensemble des acteurs des territoires du département, dont la mobilisation est une condition de réussite majeure de la lutte contre la pauvreté. Une fois encore et légitimement, c’est en présence des acteurs institutionnels et associatifs du département que la réflexion sur la contractualisation entre le conseil départemental et l’État pour agir sur la pauvreté en Meurthe-et-Moselle va se construire.

« La Meurthe-et-Moselle, territoire démonstrateur » s’inscrit dans la culture de l’expérimentation et de l’innovation du Département, qui a notamment permis la  préfiguration de la CMU en 2000, de l’APA en 2001, du RSA en 2007 ou encore du plan de lutte contre la pauvreté des enfants en 2015.