[RENCONTRES DE TERRITOIRES] Alimentation, mobilités et transfrontalier au menu de Longwy

Meurthe-et-Moselle

© CD 54 – G.BERGER

Emmenées par Mathieu Klein, le président, Christian Ariès, vice-président, Serge de Carli, conseiller départemental délégué au territoire de Longwy, et de nombreux élus, des délégations du conseil départemental ont sillonné le territoire de Longwy le jeudi 12 octobre. Elles se sont notamment rendues à Grand-Failly, en présence de Philippe Mahé, préfet, pour la pose d’un panneau annonçant l’installation d’un pylône de téléphonie mobile. Mobile, justement, la rencontre le fut, pour découvrir à vélo un circuit transfrontalier, ou en bus, dans le cadre de projet dédié à la mobilité des séniors.

La soirée a vu une centaine de personnes se retrouver à la salle polyvalente de Mexy. Le débat public a permis d’évoquer les grands dossiers du moment et notamment le très haut débit et la téléphonie mobile, préoccupation importante des élus locaux ruraux, la mobilité sur le territoire et plus particulièrement des frontaliers, la situation des associations locales, les personnes âgées et enfin l’agriculture et la promotion des circuits locaux.

Prochaine étape : le territoire Grand Nancy le mardi 17 octobre.

 

DÉVELOPPEMENT NUMÉRIQUE : Pose d’un pylône de téléphonie mobile à Grand-Failly

Le conseil départemental de Meurthe-et-Moselle investit 1,5 M€ pour permettre à 13 communes de bénéficier de la téléphonie mobile. Cette action s’inscrit dans le cadre du programme Zones blanches lancé en 2015 par l’État et a pour objectif de pallier l’initiative privée absente dans les zones non rentables commercialement. Le milieu rural est particulièrement impacté par cette situation. Communes concernées dans le Pays-Haut : Avillers, Colmey, Laix – Baslieux, Eply, Grand-Failly, Saint-Marcel,  Saint-Pancré, Ville-Houdlémont et Villette. Jeudi, Philippe Mahé, le préfet, et Mathieu Klein, président du conseil départemental, se sont rendus à Grand-Failly pour la pose d’un panneau annonçant la prochaine construction d’un pylône. L’État et le Département agissent pour assurer l’équilibre entre les territoires. En prenant sa part dans ce programme, le Département est pleinement dans son rôle de solidarité territoriale auprès des communes rurales de Meurthe-et-Moselle.

 

MOBILITÉS : A vélo au pays des Trois frontières

Améliorer l’offre en matière de mobilité durable, faciliter le déplacement des travailleurs frontaliers, encourager l’intermodalité, mettre au service de la population des liaisons douces et sécurisées pour pratiquer des activités de loisirs ou se rendre sur le lieu de travail et ainsi contribuer à faire baisser le trafic routier : tels sont les enjeux du circuit transfrontalier en cours de création, projet porté par la communauté d’agglomération de Longwy. La rencontre s’est faite à vélo sur une partie du tracé, depuis l’aire de covoiturage d’Hussigny-Godbrange jusqu’à la mairie de Saulnes. Un temps d’échanges sur la mobilité douce et l’intermodalité était également au programme. Depuis 2013, le Département est partenaire de ce projet. Un financement de 600 000 € sur un investissement total de 4 M€ a été décidé. Les travaux de la première phase sont en cours (ils devraient se terminer en 2018). Les travaux de la phase 2 ont débuté cet été et devraient durer jusqu’en 2021.

 

RESTAURATION SCOLAIRE : Des collégiens qui mangent à la maison de retraite

Depuis la rentrée scolaire, des élèves demi-pensionnaires du collège de Mont-Saint-Martin déjeunent à l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) La Clairière. C’est original et ça fonctionne ! Ce projet fait suite à un travail mené avec la municipalité, le collège et la direction de l’EHPAD. 11 jeunes bénéficient de ce service depuis septembre dernier. Le collège, en effet, n’est pas doté d’un restaurant scolaire. Le Département peut ainsi pleinement assurer sa mission de service public et aux jeunes de déjeuner dans un cadre agréable. La rencontre départementale de ce jeudi au collège Théodore-Monod de Villerupt a permis de de faire un point précis de la situation et d’évoquer d’ores et déjà 2018.

 

DÉVELOPPEMENT SOCIAL : L’Espace de vie sociale Avenir à Longuyon

Elément important de la vie locale dans la commune et en particulier dans le quartier des Allondières, l’Espace de vie sociale a démarré son activité en janvier 2016 afin de soutenir l’association Avenir. Ses bénévoles, en effet, étaient confrontés à une forte demande des habitants du quartier. Le conseil départemental est cofinanceur et partenaire de ce lieu qui permet la mobilisation des habitants pour répondre aux besoins des familles et améliorer leur cadre de vie. La visite a permis une présentation des activités, en particulier un zoom sur une action menée avec la Ligue de l’enseignement : la mise en place d’ateliers numériques avec l’appui d’un volontaire en service civique. Enfin, la rencontre a contribué à tracer des perspectives originales : des projets seront conduits en 2018 en lien avec le secteur de Mont-Saint-Martin.

 

SANTÉ & SERVICE PUBLIC : La Maison de santé intercommunale à Longuyon

Pour lutter contre la désertification médicale, une association née de la volonté d’un groupe de professionnels de santé (médical et paramédical) a été créée. Avec l’appui de la communauté de communes Terre Lorraine du Longuyonnais, un chantier de construction d’une maison de santé a démarré courant avril 2017. Le Département est très impliqué dans ce programme au titre du Contrat Territoires Solidaires (CTS). Un crédit de 350 000 € a été attribué. Le temps de la rencontre a été l’occasion de faire un point sur l’état d’avancement du projet dont les travaux ont démarré, mais également d’aborder la problématique de la désertification médicale et des solutions envisageables.

 

CIRCUITS DE PROXIMITÉ : Expérimentation d’approvisionnement local transfrontalier

Dans le cadre de son action en faveur de la transition écologique et du développement des circuits de proximité, le Département anime et porte plusieurs projets sur l’approvisionnement des restaurants scolaires en produits locaux. Dans le territoire de Longwy, le projet transfrontalier « AROMA » (Approvisionnement régional organisé pour une meilleure alimentation) se tisse autour de 15 acteurs de la grande région. Plusieurs d’entre eux étaient présents jeudi 12 octobre pour présenter leur activité et échanger avec les  représentants du Département et ceux du collège Théodore-Monod de Villerupt, où se tenait  la rencontre. A noter que dernièrement, une action a été conduite dans ce collège pour sensibiliser les élèves autour d’un menu « 100% local ». A terme, une structure régionale d’approvisionnement sera créée. Le programme a démarré le 1er octobre 2017. Une enquête a également été lancée auprès des acheteurs sur leurs modes d’achats.

 

AUTONOMIE : Liberty Séniors, un bus à la demande dans 23 communes pour les personnes de plus de 75 ans

La mobilité est un enjeu primordial du bien-vieillir. Il a ainsi été décidé de développer une offre adaptée pour les personnes ne pouvant plus emprunter les lignes régulières du réseau de transports en communs.  Le SMITRAL (opérateur de transport du territoire) affrète une navette et conduit en porte à porte les personnes. Ce service est assuré de 8 h à 18 h pour un coût de transport identique à celui d’un ticket de bus soit 1,30 €. Une journée par semaine, du lundi au vendredi, 23 communes sont desservies par ce service. En neuf mois, 879 courses ont été réalisées. Le SMITRAL organisera également le transport des personnes qui se rendront aux actions de prévention santé qui se déploieront dans ces 23 communes. La moyenne d’âge des utilisateurs est de 84 ans. La rencontre territoriale a permis d’évoquer cette action par un circuit de 10 minutes pour échanger avec les utilisateurs. Le Département participe à cette action de deux manières : dans le cadre de la conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie et dans celui des Contrats Territoires Solidaires (CTS).  Une enveloppe de 50 000 € a été attribuée à ce projet innovant.

 

INNOVATION SOCIALE : PETAL, comme Petits Travaux d’Amélioration du Logement

Au départ, un constat : lors de l’étude des dossiers soumis au Fonds de solidarité au logement (FSL), nombre de ménages en difficultés sociales et financières exprimaient des besoins pour réaliser des petits travaux dans leur logement. Dès 2011, le service territorial Autonomie du conseil départemental a planché sur le sujet. Une des idées a consisté  à travailler en partenariat avec l’association AIPH (Association intermédiaire du Pays-Haut) afin de proposer des prestations en termes de petits travaux d’embellissement ou petits bricolages. Cette action mêle ainsi plusieurs politiques publiques : Habitat, Logement, Insertion, Autonomie. Elle permet de valoriser les compétences des ménages, de favoriser le maintien à domicile, de se réapproprier son logement, d’améliorer son cadre de vie et de repérer des difficultés nécessitant d’autres types d’accompagnements. La rencontre avec la délégation du conseil départemental a permis de signer officiellement la convention avec l’association et d’évoquer des perspectives pour 2018.

- Publié le 17/10/2017 -