STEPHANIE REMILLIEUX

G.BERGERCD54

Médecin de Protection Maternelle et Infantile

Elle veille sur le bon développement des enfants de moins de 6 ans. Stéphanie Remillieux exerce en tant que médecin de Protection Maternelle et Infantile (PMI) au Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle. Son métier, parfois méconnu, est essentiel à la prévention et à la prise en charge médicale dans la petite enfance.

 

Langage, vision, développement psychomoteur, etc. L’une de ses missions les plus visibles consiste à organiser les bilans de santé en école maternelle sur le territoire du Lunévillois, son secteur géographique. La jeune médecin de 31 ans y tient également des consultations régulières gratuites et ouvertes à tous sur les deux antennes de la PMI à Lunéville, ainsi qu’à Einville-au-Jard. « Nous ne nous substituons pas aux médecins généralistes pour les pathologies aigues, mais nous pouvons assurer le suivi de la croissance et du développement des enfants. C’est le cas par exemple à Baccarat ou encore à Einville-au-Jard où certaines familles sans difficultés sociales particulières nous consultent afin de ne pas surcharger les médecins déjà fortement sollicités », détaille-t-elle.

 

Les consultations ne sont que la partie immergée du travail de Stéphanie Remillieux. Bien plus qu’un simple suivi médical, les médecins de PMI assurent des missions d’accompagnement, de soutien des familles à la parentalité, de dépistage et participent avec le pôle « Enfance-jeunesse » du Département à la protection de l’enfance. La professionnelle de santé n’est évidemment pas seule dans cette tâche. Elle est épaulée sur le territoire du Lunévillois par une équipe composée de deux autres médecins, un cadre de santé, trois sages-femmes, dix puéricultrices et trois secrétaires.

 

Davantage à l’écoute des familles

 

A sa sortie de la faculté de médecine de Nancy, Stéphanie Remillieux connaissait peu la PMI, un système de protection de la mère et de l'enfant créé en France en 1945. Elle y avait toutefois réalisé un stage de découverte d’une dizaine de jours lors de son internat de médecine générale.

 

Après deux années d’exercice en libéral, en remplacement, elle a été recrutée en juin 2019 par le conseil départemental comme « médecin de territoire », afin de piloter l’équipe de PMI sur le Lunévillois. Stéphanie Remillieux y assure un lien précieux avec les services hospitaliers, les familles, le centre de planification et d'éducation familiale, les structures telles que le centre d'action médico-sociale précoce ou le centre médico-psychologique, la médecine de ville et les services du Département (logement, enfance-jeunesse, social, etc.).

 

« J’apprécie les nombreuses facettes de ce métier qui permet d’avoir une approche globale, de collaborer en équipe, d’exercer une grande diversité de missions, mais aussi de pouvoir être davantage à l’écoute des familles. Sur le plan personnel, cette fonction a l’avantage d’offrir plus de disponibilité pour sa propre vie de famille, puisque nous n’avons pas d’astreintes ou de gardes comme dans d’autres professions médicales ».

 

Programme de recherche sur la petite enfance

 

La jeune femme originaire de Moselle-est aime aussi les challenges. Le sien consiste à ouvrir un accès aux soins le plus large possible, sur un territoire rural, en manque de professionnels de santé. Avec ses collègues, elle collabore ainsi avec des ophtalmologistes et des orthoptistes, afin d’avoir une meilleure action de prévention visuelle auprès des enfants. Salariée du conseil départemental, Stéphanie Remillieux

se passionne pour son métier. D’autant plus que son territoire est engagé dans un programme de recherche, le programme « Petite enfance : Recherche action dans le Lunévillois » (PERL). « Les inégalités sociales de santé se cristallisent dès la petite enfance. Pour les combattre efficacement, l’accompagnement à la parentalité est reconnu comme un levier potentiellement efficace », note-t-elle. L’étude PERL organisé de 2018 à 2023 vise à évaluer l’impact de visites régulières à domicile d’une puéricultrice de PMI sur les quatre premières années de l’enfant.

 

 

 

- Publié le 31/01/2021 -