A31 bis : la position du Département

A l’occasion de la réunion de clôture du débat public sur la construction d’une A31 bis, le président du conseil départemental a rappelé la position du Département sur ce dossier et tient à préciser que si lors de son allocution, il a utilisé la qualification du barreau Toul-Dieulouard comme un « équipement surdimensionné, nuisible sur le plan écologique », il s'agit d'une expression qui relève pour partie des experts nommés par le conseil national du débat public et pour partie des élus et associations du Toulois. 

Le département entend ces analyses et attend maintenant de voir confirmer les conditions écologiques et financières de la réalisation rapide d’un un nouvel axe Toul – Dieulouard s’appuyant sur la RD 611, pour en faire un itinéraire routier national rapide de substitution, allant jusqu’à 15 000 véhicules/jour. Le financement de cet axe devra relever de l’Etat dans le cadre du projet A31 bis.

Le scénario du pire pour nos habitants et nos entreprises , a rappelé le président, serait qu’il ne se passe rien, et l’absence d’unité des acteurs lorrains sur le sujet ne doit pas servir de prétexte pour ne pas agir. Or, il faut agir pour la décongestion de l’A31, c’est une absolue nécessité.

Le président a également rappelé que le conseil départemental de Meurthe-et-Moselle a contribué au débat en affirmant la nécessité de :

  • Rechercher toutes les alternatives routières : ferrées via le Luxembourg ou encore en matière de transport modal vers le réseau navigable fluvial ou incitation aux transports collectifs

  • Rechercher d’une harmonisation fiscale et tarifaire avec les pays frontaliers afin de réguler les flux de transports internationaux, augmenter le report modal et minimiser les impacts du trafic de transit sur l’A31 lorraine.

  • Rechercher des co-financements européens pour un projet qui concerne un axe structurant européen

  • Mettre en place un observatoire de l’évolution du trafic

  • Elargir le cadre géographique pour prendre en compte la question de la distribution du trafic entre l’A31, la N4, l’A330 et notamment les contraintes que pose cette distribution au niveau de l’échangeur origine invitent à ouvrir le cadre de l’étude en intégrant les fonctions de rocade nancéenne de l’A31 et de l’A330 jusqu’au raccordement avec la N57, et de proposer des travaux d’aménagements adéquats"

- Publié le 23/09/2015 -