« Avec vous, pour vos droits » !

Lancement mercredi 24 janvier 2024 dans le quartier Saint-Michel-Jérico à Saint-Max des premiers pas de l'expérimentation en faveur de l’accès aux droits sociaux.

« On dit aux gens, ne vous résignez pas, il y a des choses qui existent, vous ne volez rien, des gens sont là pour vous aider dans vos démarches », témoigne une habitante touchée par l’accueil réservé par des personnes âgées rencontrées sur le marché Place à vivreS de Saint-Max où une équipe sera présente tous les mercredis matin pour informer, renseigner, guider les habitants dans leurs droits.

La Meurthe-et-Moselle fait partie des 11 territoires « zéro non-recours » retenus à l'échelle nationale dès 2023. Cette expérimentation se déroule dans un premier temps sur un périmètre urbain de 45 000 habitants. Elle est entrée en phase opérationnelle au terme de plusieurs mois de co-construction avec les partenaires (Etat, Métropole du Grand-Nancy, ATD Quart-Monde France, Villes d’Essey-lès-Nancy, Malzéville, Maxéville, Nancy et Saint-Max et leurs CCAS) et les nombreux opérateurs concernés (CAF, CPAM, CARSAT, MMH, Batigère notamment). Plus de 50 professionnels sont engagés dans cette démarche.

Prochaines étapes : un travail avec les associations locales et sur les lieux de vie des quartiers.

Pour rappel

Pendant 3 ans, la Meurthe-et-Moselle (seul département du Grand Est, l’un des 11 territoires retenus à l’échelle nationale pour un démarrage dès 2023) va expérimenter, auprès d'environ 40 000 habitants, un travail de terrain visant à repérer les personnes qui ont des droits sociaux et qui n’y font pas appel. Territoires Zéro Non Recours est une expérience en faveur de l’accès aux droits sociaux.

Le territoire d'expérimentation est situé sur les communes de Nancy, Essey-lès-Nancy, Malzéville, Maxéville et Saint-Max. Il compte près de 40 000 habitants et environ 3 000 allocataires du RSA.

Les chiffres nationaux du non-recours : RSA : 35 % / Minimum vieillesse (ASPA) : 50% / Allocation-chômage : 30% / Complémentaire santé : 32%

Comment a été choisi le territoire, les communes ? Par qui ? Pourquoi pas en zone rurale ?

  • Zone urbaine dans un 1er temps pour expérimenter le projet avec une population importante en proximité géographique afin de mesurer la situation. L’expérimentation a vocation à être ensuite étendue à l’ensemble de la Meurthe-et-Moselle.
  • Le territoire retenu présente une forte pression sociale relevée par les travailleurs sociaux du Conseil départemental, de la métropole et des mairies. Il s’agit aussi d’une volonté de travailler sur un bassin de vie ; au-delà des limites administratives.

C'est quoi le non recours ?

  • Un phénomène qui concerne plus de 1,5 million de personnes en France.
  • Des situations qui nécessitent un accompagnement plus fin et plus proche. L'expérimentation promeut le « aller vers ».
  • Des raisons diverses : le manque d’information ou la méconnaissance des droits sont de l’ordre de 40 %. S’ajoutent des freins liés à la fracture numérique et à l’illectronisme, à la complexité des démarches (23%) ainsi que les craintes des conséquences négatives (18%) ou de la stigmatisation (16%).
  • L'aggravation de la précarité, de la grande pauvreté et de l'exclusion sociale, avec des dommages sanitaires et sociaux dans la vie quotidienne : logement, alimentation, santé, etc.
Magazine